Influence et réseaux sociaux : Quels réseaux pour quels secteurs ?

By 18 septembre 2018 Articles

Aujourd’hui les réseaux sociaux permettent aux entreprises de devenir des influenceurs sur des tendances, des marchés, des produits. Cependant, chaque réseau social a ses spécificités, et ne convient pas pour tous les secteurs économiques.

Par exemple, Facebook reste très généraliste et convient parfaitement pour une cible B2C (cible particuliers). Instagram convient d’autant plus aux secteurs de l’image, de la mode et du retail. Alors que LinkedIn est orienté vers le B2B (cible entreprises), et que Twitter jongle entre B2C et B2B.

Dans cet article nous allons effectuer un focus sur LinkedIn et Twitter.

LinkedIn : le réseau BtoB par excellence

LinkedIn est un réseau social permettant la mise en relation de professionnels entre eux, mais aussi de professionnels avec d’autres entreprises. C’est un réseau social primordial pour les entreprises ayant une cible B2B, notamment pour les secteurs du numérique, de l’industrie et du conseil, mais aussi dans le domaine de la communication et du management.

Lors de votre inscription sur LinkedIn, vous créez un profil personnel sur lequel vous allez mettre en avant votre poste actuel, vos expériences professionnelles, vos compétences, vos centres d’intérêt. Votre influence sur ce réseau dépend en grande partie du soin apporté aux informations de votre profil, car elles vous permettent d’apparaître dans les recherches LinkedIn (recherches de profil ou de compétences). Il ne faut pas confondre ce profil avec une page d’entreprise. Contrairement au profil personnel, il n’y pas d’ajout de contact, ce sont les utilisateurs qui s’abonnent directement à votre page.

La plateforme LinkedIn sert d’échange et de discussion entre professionnels, pour la prise de contact ou la veille d’informations (voir les groupes d’intérêt sur LinkedIn). Les posts à caractère personnel sont de ce fait assez mal perçus.

Il est par ailleurs très intéressant pour les marketeurs d’avoir accès à un grand nombre de professionnels et donc de potentiels prospects, afin de les démarcher directement. Notamment, les outils payants et les nouvelles fonctionnalités de LinkedIn permettent un ciblage assez précis des profils et l’envoi de messages aux prospects.

Cependant, il ne faut pas voir cette plateforme comme un moyen direct de vendre. Il est préférable de proposer et partager du contenu de type branded content afin de se faire connaître et de ne pas paraître trop commercial. Les utilisateurs auront tendance à se sentir forcer, et ne prendront pas la peine de s’intéresser à votre entreprise et ce qu’elle propose. Par contre, les publications d’articles ou de posts sur vos activités, vos partages de réflexion feront la plus-value de votre profil et participeront à votre influence sur ce média. Pour ce faire l’utilisation de hashtags (#) est recommandée, ainsi que des mentions (@) pour attirer l’attention de vos confrères sur vos publications.

Pour construire votre influence sur LinkedIn, il est nécessaire d’y consacrer quelques heures par semaine en écrivant des posts réguliers et des commentaires en réaction aux publications de vos contacts. Mais aussi en « rencontrant » virtuellement de nouveaux professionnels qui viendront enrichir votre réseau, la fonction messagerie/chat est à cet effet très utile. Cela dit, LinkedIn est un formidable outils de veille professionnelle sur les sujets qui vous intéressent (grâce à un ciblage puissant), l’information et les articles y sont souvent de qualité. 

Nous ne doutons donc pas que les quelques heures passées sur LinkedIn ne seront pas perdues !

Twitter : l’instantanéité pour principe

Twitter est le réseau social essentiel pour les médias, les politiques, le numérique, mais aussi pour les influenceurs. Il est très intéressant pour les entreprises ayant une cible B2B, comme pour LinkedIn. De même, des usages BtoC se sont mis en place ces dernières années. En effet, Twitter ne fait pas de différences entre les personnes physiques et les personnes morales. Les comptes peuvent donc être soit rattachés à un individu soit à une entité.

Ce réseau social est basé sur l’instantanéité de l’information. Une actualité peut très vite se retrouver perdue dans un flux constant et conséquent de tweets. Il faut donc penser à utiliser des hashtags (#) afin que les utilisateurs puissent retrouver facilement vos tweets dans leurs recherches de mots-clés. Il existe tout un panel de hashtags, pensez donc à utiliser les plus pertinents : création d’un hashtag propre pour identifier votre marque ou choix d’une tendance pour être visible dans la conversation. De même, les mentions (@) d’autres comptes, entreprises ou personnes, permettent de faire grimper l’audience et de ne pas passer inaperçu.

Actuellement beaucoup d’entreprises BtoC ayant un SAV développent des comptes dédiés afin de répondre aux questions des consommateurs immédiatement. Twitter est ainsi un moyen simple et rapide d’échanger avec eux sur les problèmes qu’ils rencontrent, de répondre à leurs questions. De façon inverse, il arrive souvent aux utilisateurs de se « défouler » via leurs tweets.

Si vous créez un compte pour votre entreprise, il peut être intéressant d’obtenir la certification. C’est-à-dire un petit badge à côté de votre nom de compte validant l’authenticité de votre profil. Ceci permet de rassurer les utilisateurs.

Autre point, il ne faut pas oublier qu’un tweet est composé de 280 caractères, et qu’il y a encore 1 an il était de 140 caractères. Ce système implique donc d’être concis dans ses publications pour éviter de multiplier le nombre de tweets au sujet d’un seul message et de perdre vos followers.

Si l’écrit domine Twitter, il faut néanmoins garder à l’esprit que c’est sur cette plateforme qu’est apparu le concept de vidéo en direct (les autres médias sociaux ont suivi), Periscope. Ce mode de communication complètement calqué dans l’instant présent à première vue, ne doit pas faire oublier qu’instantanéité ne rime pas avec spontanéité (si vous êtes adeptes des live sur les réseaux sociaux mieux vaut tout de même préparer votre texte et votre mise en scène). 

Malheureusement, l’influence a également ses mauvais travers, tel le bad buzz…

Alors, qu’est-ce que l’influence ?

L’influence sur Twitter comme sur d’autres réseaux, se traduit aujourd’hui par le fait qu’une marque, une personne, ou une entité, soit l’initiateur d’idées, de besoins, d’envies qui touchent un certain nombre de personnes.

Pour être influent sur les réseaux sociaux (nous n’évoquons pas ici la publicité payante), un principe de base demeure tout de même : il faut proposer du contenu pertinent et de qualité, comme des articles, des posts, des vidéos, mettant en avant des sujets dans la tendance, voir en étant précurseur. Utiliser les bons hashtags (#) permet aux utilisateurs de trouver facilement du contenu sur les sujets qu’ils recherchent. Plus celui-ci sera pertinent, plus vous gagnerez des abonnés, c’est aussi ce nombre d’abonnés qui jouera sur l’influence et l’audience. En effet un compte ou une page suivie par plusieurs milliers de personnes aura beaucoup plus d’audience qu’un autre avec quelques centaines. Si le lien est bien réel entre influence et audience, chercher le buzz à tout prix, surtout au détriment de la cohérence et de la crédibilité, n’est pas forcément une stratégie payante à long terme. 

Montrez-vous sur les réseaux sociaux sous votre meilleur jour, mais soyez surtout fidèle à vous-même afin de tisser des relations intéressantes et de confiance !

Si vous voulez mesurer votre ROI (retour sur investissement), rien de plus simple. Tous les réseaux, Twitter et LinkedIn y compris, proposent des outils statistiques pour évaluer vos performances et le nombre de personnes atteintes. Si vous voulez mesurer votre influence, intéressez-vous plutôt au taux d’engagement (actions de votre audience sur un post par rapport au nombre de personnes touchées). Par exemple sur LinkedIn, cela pourra se voir par le nombre de likes ou de partages, sur Twitter ce sera grâce au nombre de retweets, de j’aime. Évidemment, l’analyse statistique de votre influence a ses limites et la quantité ne fait pas forcément la qualité : il suffit parfois simplement que la bonne personne voit votre publication ou votre profil.

Pas de panique donc si vos résultats sont tout d’abord décevants, l’influence se construit sur la durée. En tout cas de façon organique (i.e. sans payer de publicité), cela prend du temps, et passe par un processus d’essai et d’erreur pour apprendre à connaître son audience et ses attentes.


Chaque réseau social a ses avantages et ses inconvénients. L’important est de choisir celui qui correspond vraiment à votre activité et à votre cible (et qui correspond bien sûr à votre personnalité !). Avant de prendre la parole sur les réseaux, une stratégie de communication est primordiale : elle donne un fils conducteur à vos messages et à votre présence sur tel ou tel média social, ainsi qu’une cohérence pour bâtir votre crédibilité professionnelle ou commerciale. N’oubliez pas, vous poursuivez un ou plusieurs objectifs pour votre entreprise et les réseaux sociaux ne sont qu’un moyen parmi d’autres pour les atteindre !

Vous voulez plus d’informations ? Vous avez besoin d’aide ? Contactez-nous sur consulting@coraliediebold.org ou visitez notre site www.coraliediebold-consulting.org

Adrien Coffre et Coralie Diebold